L'Âme d'une Académie
 [09-01-2013]

REMETTRE À CÉSAR…
 [18-03-2010]

L'Académie présente...
 [24-02-2009]

CRÉATION OU COPIE
 [29-11-2006]

EST-CE NORMAL ?
 [11-03-2006]


     Fils RSS    [VERSION PDF]      Par Caroline Bruens | le 2021-08-12

Manifeste 2021 Caroline Bruens

J'ai écrit quelques lignes qui sauront vous interpeller j'espère, merci de vous exprimer à votre tour, nous pourrons ainsi concocter un manifeste intéressant.

Est-ce que le monde des arts visuels doit repartir à zéro ?

Le tribut actuel est véritablement lourd à payer et les conséquences à venir me semblent inévitables et très tristes, car nous nous sommes tus et nous avons accepté la dégradation des arts visuels pendant très longtemps. Est-ce une vérité ? Vivons-nous sous la menace de l’extinction de la profession ? L’existence des peintres et des sculpteurs est-elle vraiment menacée ? Le résultat que nous vivons et que nous voyons chaque jour sur nos écrans représente la dégénérescence du marché de l’art. Pourtant quelle que soit la production artistique on crie au miracle. Nous avions pourtant traversé l’ère de Duchamp, celle du vide et les rétrospectives du rien. Il y a 40 ans, Hervé Fisher nous posait la question : L’histoire de l’art est-elle terminée? Comment y répondez-vous aujourd’hui ?

Nous faisons face actuellement à un tsunami d’œuvres insipides, stériles et sans âmes. Attaquons-nous au problème à la source en nuançant les appellations et les jugements. Dans le monde du vin les œnologues réussissent à protéger leurs millésimes et leurs classifications, pourquoi ne peut-il en être de même pour nos artistes. Mettons fin à la tolérance et à l’aveuglement. Est-ce que les autorités oseront se résoudre à poser les gestes nécessaires? Allons-nous cesser de suivre la tendance pour nous inscrire en faux devant la médiocrité? Allons-nous sortir de ce cul-de-sac et suivre uniquement les artistes de talent, je l'espère.

Pourquoi rejeter les œuvres plus classiques au bénéfice de concepts alambiqués? Pourquoi rejeter l’art abstrait au bénéfice du vide et du rien, pourquoi rejeter les artistes qui possèdent un réel talent et qui maîtrise leur art… au bénéfice des modes et tendances ?

Devons-nous nous en tenir aux divines proportions, au bon goût des compositions équilibrées, ou à la recherche de l'harmonie des formes ? Probablement Non. il faut aller plus loin !

Nous pouvons y revenir en laissant une belle place à la libre expression de l’artiste, en faisant confiance à son bon goût et à son talent et à son esprit novateur et à sa créativité. Ne faisons pas partie de groupes dégénérés dans la peinture et la sculpture. On peut accepter la contemporanéité et le modernisme et aussi avoir recours à la fantaisie  et à la différence. La recherche d’identité de l'artiste ne doit pas être complaisante et se noyer dans les tendances et les modes passagères dans le seul souci de plaire et tout cela parce qu’il est dans une impasse financière. C’est la responsabilité de la société toute entière de permettre aux artistes en arts visuels de se réaliser… d’exister et surtout de pouvoir survivre…mais encore bien vivre. Dès que notre vision 2021 sera bien arrêtée il sera temps de la partager aux instances gouvernementales supérieures qui devront en tenir compte. Il y a douze ans déjà... je ne vous donne qu'un exemple parmi plusieurs... https://journals.openedition.org/marges/559 ... alors qu'on célèbre le 60è anniversaire de : Merde d'artiste de Piero Manzoni

Notre société égalitariste nivelle la production artistique, est-ce pour le mieux ? Donner un sens nouveau et réussir à ne pas opposer la culture classique qui semble élitiste à la création singulière et primitive et à l'art populaire, aux caricaturistes, aux graffiteurs, aux bédéistes. La culture vous permet de vivre dans un monde plus hospitalier. Comment laisser l'art figuratif et l'art abstrait, jadis d'éternels opposants, faire front commun devant les expositions et les rétrospectives mêmes du vide et du rien qu'on nous propose de nos jours, la décrépitude. 

Caroline Bruens

 

 

 

 


14 Réaction(s) Écrivez vos réactions à ce texte »

France Clavet
2021-08-12 @ 13:31:41

Je voulais surtout te féliciter pour ton superbe manifeste. Tu as tellement su trouver les mots justes pour exprimer ce que les artistes dignes de ce nom ressentent. Est-ce que cette démarche a fait bouger quelque chose?

Nikol Nicole Bouchard
2021-08-14 @ 13:56:31

Entièrement d'accord. Depuis mes cours aux Beaux-Arts de Montréal dans les années 67-68 que je déplore combien les artistes sont victimes d'une MODE. Incroyable! Alors que l'art devrait mettre l'accent sur l'expression personnelle, si on veut mériter un petit regard public il faut suivre le courant. Le figuratif, quel qu'il soit est rendu obsolète. Il faut des oeuvres non figuratives pour compléter le décor de son salon, de son bureau.

Caroline Bruens
2021-08-19 @ 10:23:55

Réponse à France. Ce texte a suscité une réflexion et plusieurs artistes m'ont fait part de leur intention d'y collaborer.

Jacques Sevigny
2021-08-19 @ 13:41:03

il y a maintenant des sois disants artistes qui non jamais étudié en art ni fait aucun effort pour s'améliorer et lance n'importe quoi a tort et a travers des oeuvres que quiconque ne saurais reconnaître comme de l'art

Francine Leroux
2021-08-19 @ 22:02:00

C’est pas mal vrai et réel ce que vous dites

L’artiste doit d’abord peindre ce qui nous allume, cette authenticité rejaillira sur la colonie artistique, c’est d’être vrai

Anne-marie Boisvert
2021-08-20 @ 07:50:32

Il existe du vide et du rien de part et d’autre chez les amateurs comme chez les artistes plus expérimentés. Pour présenter une collection forte avec intention il faut travailler avec assiduité et apprendre à faire notre propre jugement, ce qui n’est pas évident. Peut importe notre statut on ne crée pas a tous les coups des chef d’oeuvre. Le problème est que plusieurs s’improvisent professionnel trop tôt dans leur cheminement; les réseaux sociaux sont surement en cause à ce propos. Qu’est-ce ce qui est une oeuvre achevé? La réponse variera d’un individu à un autre…

Jean Pierre Neveu
2021-08-20 @ 08:02:27

Au revers de ta splendide plume, tu dépoussières des vérités dont on abaisse trop souvent notre regard....Puisse ta pensée nous fasse davantage réfléchir a cette dégradation artistique. MERCI Caroline,pour ce que représente pour nous... Notre "Jeanne d'Arc des arts "

Johanne Blaquière
2021-08-20 @ 08:16:05

Ton message est très pertinent. Bien d’accord avec toi, l’art devient nivelé. Les produits disponibles créent bien d’artistes instantanés, au détriment d’artiste qui sont en recherche depuis des années , dont le travail est dénigré pour cause de ne pas suivre la mode.

Lyse marsan
2021-08-21 @ 11:27:35

Comme tu as raison Caroline. Après avoir rejeté la nouveauté à l’époque des impressionnistes, pour ne nommer que ceux là, on accepte tout de peur de se tromper. Un artiste ne suit pas une mode, il la crée. Un artiste est ouvert et partage son moyen d’expression et un critique n’a pas le mandat de décider ce qui est in ou out, il a le mandat d’aider le regardeur, le collectionneur à y voir clair dans la qualité du rendu. Les acheteurs sont frileux car le climat instauré fait de plusieurs d’entre eux des insécures assujettis à l’opinion des autres alors que l’achat d’une œuvre est acte d’intimité, de réponse à une émotion ressentie qui donne envie de vivre avec cette œuvre. Pour se donner bonne conscience, on nous dira, avec un certain dédain que les œuvres en galeries sont ‘’commerciales’’ mais si le Musée achète l’œuvre ‘’la merde d’un artiste’’ il fait office de commerce aussi puisqu’il y a vente et achat. Mais ça on l’élève à un autre niveau pour justifier sa place au musée. Le mandat d’un Musée est d’être représentatif de l’art contemporains (entre autre), quelqu’en soit la facture, pour en garder la trace qui est représentative de notre culture. Non pas garder seulement la trace de certains artistes cautionnés par les critiques. Combien d’artistes rejetés par les critiques se sont finalement retrouvés dans les Musées après leurs décès. De temps en temps, il se trouve quelqu’un pour faire une bonne analyse et justifier l’apport de tel ou tel artiste l’évolution de la culture. Le débat est compliqué, long et les plus forts en voix finiront par avoir raison…. A suivre

guy morest
2021-08-22 @ 17:12:54

Bonjour ,moi j`aime la diversité et la différence . un artiste doit être à la recherche de nouveauté . Des artistes aux idées choquantes est loin de plaire mais c`est ce qu`ils, veulent, faire réagir.Au musée d`art contemporain à Mtl. j`ai vu de très belle chose. N`oublions pas que c`est l`âme d`un artiste et le chaos qu`il vie qui s`exprime. Non l`art visuel n`est pas prêt à mourir , au contraire il est là pour évoluer

Marcel Charest
2021-08-24 @ 06:04:52

Il y a plusieurs années, j'offre à mon notaire de se payer avec un de mes tableaux, pour une de ses factures supplémentaires. Il me demande: "Qu'est-ce qui prouve que ton tableau vaut ce que tu en demandes?" Je lui ai répondu:"Qu'est-ce qui prouve que le prix fixé par la Centrale d'hypotèque et de logement pour ma maison est la vraie valeur? Des experts? Un marché?" Le notaire a accepté de se payer avec le portrait que j'ai fait de sa fille. À mon avis, monétairement, un bien à vendre vaut ce que le client est prêt à payer dans une entente libre entre deux adultes consentants...pour le meilleur et pour le pire. Le vendeur cherche à vendre le plus cher possible et le client cherche à payer le moins cher possible. Pour certains, le prix n'a pas d'importance, c'est la valeur qui compte et elle ne se mesure pas nécessairement en chiffres. Monnayer tout semble utile de nos jours; évolution pas automatiquement progressive. Conséquence du capitalisme dont notre vie dépend. Enfin, , nous sommes des esprits contenus dans un corps. On peut faire toutes les études désirées en art et en marketing, ce sont deux nécessités qui ont chacune leur protocole très distinctif; la cohabitation est difficile. La nullité de certaines oeuvres dites artistiques,aujourd'hui, par certains, est en effet discutable. Qui aura le dernier mot? L'art n'est pas encore mort, très résilient. Il y a quelque chose d'éternel dans toute oeuvre d'art. Enfin, aucun artiste est plus grand que son art; même si sans les artistes, il n'y a pas d'art. Pour terminer, disons que la moitié de la population passe son temps à dire que l'autre moitié est folle; dans quelle moitié sommes-nous?

Germain Michaud
2021-09-03 @ 15:25:37

Bonjour madame Bruens, Après vous avoir lue, je me suis dit: quel vent de fraîcheur réconfortante! On entend souvent dire que l'art ne se discute pas mais c'est faux car ça prend du courage pour écrire vos énoncés. Je dois vous dire que je me suis délecté de vos mots croyant être le seul à penser ces choses. Ce faisant, vous avez jeté de la lumière sur mon travail et vous m'avez redonné le goût de peindre. J'ai toujours pensé que la peinture allait au delà des mots et que ces formes avaient pour but l'expression de l'âme et de ses émotions. Quand vous parlez de décadence artistique, vous avez parfaitement raison! On pourrait s'interroger sur la provenance de tout cela et aussi sur tous ceux qui y ont contribué pour en arriver à cette ligne d'une profondeur artistique honteuse... Quelquefois, il faut toucher le fond de l'abysse pour mieux remonter. Je veux croire que les galéristes sauront se respecter en étant plus sélectifs sur les oeuvres qu'ils accrocheront sur leurs murs. Je vous dis un très gros merci pour vos écrits et votre courage. Germain Michaud

Rachel Dionne
2021-09-05 @ 15:00:19

L’artiste est mort le jour où il se contente et se glorifie. A partir du moment où l’on se dit que nous avons réussi et que nous nous contentons sans se questionner du rendu c est la descente première vers une platitude d un art médiocre. Symptôme des temps moderne. La facilité la répétition et la rapidité en son les atouts premiers. Pt remplie de sens émotif ,mais vide de savoir faire. C est un excellent questionnement, et qu en résultera t il ?

Piero Desrosiers
2021-09-29 @ 08:58:06

Votre manifeste 2021 est pour moi un vent de réalisme et de fraîcheur qui m’interpelle. Artiste en devenir ou artiste en voie de disparition, à la recherche d’une fenêtre ouverte sur l’importance du ressenti exprimé je m’interroge sur la fibre nécessaire à l’œuvre. Est-il trop tard…!

 

Ajouter un commentaire

Nous lirons tous vos commentaires et nous apprécions que vous nous les envoyiez. Vous devez comprendre que nous nous réservons le droit de les publier seulement s'il suscite un intérêt pour les autres visiteurs de l'Académie.

Nom:
Courriel:
Commentaires: